Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 57
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission accomplie] Le traitre des Carmines, Odrium Drumn

le Sam 21 Juil - 17:40
Journal d'Eïffy Aubéclat, Officier Ren'dorei des forces de l'Alliance.


Vingt-troisième entrée – Les Carmines, Royaume de Hurlevent.

"Après deux journées de repos dans la grande citée, nous étions d'attaque et renforcés de quelques recrues supplémentaires pour renforcer nos effectifs fatigués et blessés depuis la dernière bataille des Hinterlands. Quelques affaires en ville intéressante, mais ce sont des histoires qui apparaitront je l'espère un jour dans ce journal si nous revoyons les Seigneurs Ravensword et Sombrecoeur. Dans l'heure, après de la paperasse, des démarches diverses, et une étrange affaire de drogue qui faillit me faire manqué les derniers préparatifs pour le départ, nous étions lancés. Et quel fière présentation nous fîmes quand tous étaient sur le point de partir vers ce qui serait leur cantonnement dans les Carmines. La journée éclairait encore les environs de ses rayons lumineux, qui nous guideraient jusqu'à ce que la nuit tombée à la porte des Carmines. Frappant les pavés de pierre de la citée de Hurlevent sous le regard des citadins et autres voyageurs locaux, avant de disparaitre à travers la grande porte sous les regards des statues des héros de la seconde Guerre. Observer celle de Dame Alleria Coursevent me donnait toujours une impression mêlant la fierté, à la honte. Mais pas une honte la concernant elle, mais concernant le devenir des siens après son départ où avec l'Alliance, elle offrit son destin entres les griffes du néant pour nous sauver. Et en récompense, Lune d'Argent portait la bannière de la Horde, pour les erreurs d'un homme. Maudissant intérieurement une fois de plus la folie de Garithos, nous poursuivions donc route à travers la grande forêt d'Elwynn sans recevoir quelconques nouvelles. Ce fut une longue, très longue chevauchée qui dura plusieurs heures, voyant le soleil éclatant glissé lentement vers une nuit chaude et sans nuage. Le voyage fut fait avec les fantassins Nantis, Hargo, Redmayne, Hegins, Frankk et Annah Hawk, sœur de la défunte Eléna, que nous avions rencontrer à la tombe de notre ancienne camarade. Assistés par Forwar que j'escompte mettre parmi nos fantassins, de la ranger Yerlha, de la Moniale Liu et du Mage Maladriel Millian. C'est avec cette petite troupe de guerre que nous nous sommes arrêtés devant le Sergent Renolds de la 4ème Légion. Discutant un instant de la situation, avant de le recevoir auprès de nous pour faciliter les démarches des points de passages dans la région, nous avons fait route jusqu'à l'Est en espérant que notre chemin jusqu'au campement assigné serait facile. Mais rien n'est jamais vraiment "facile."

Les problèmes débutèrent sur la route quand nous avons trouvé à un croisement une vieille femme en larme devant sa tente saccagée. Celle ci avait véritablement été ravagée, tandis qu'un chariot gisait plus loin, la nourriture à l'intérieur abandonnée était généralement des fruits, des légumes, car les rares restes de viandes fut véritablement dévoré et dévasté à grands coups de crocs. Hargo et Frankk firent une véritable petite investigation à ce sujet, pour en déduire qu'il s'agissait de l’œuvre de Gnoll en vertu de l'infestation des hyènes bipèdes du coin. Ce qui serait un avis pertinent même si les recherches ne furent pas plus fructueuses que ça malheureusement. Il aurait pu y en avoir plus, mais nous avons largement pu surmonté cela avec les indices suivant. Concernant la tente, il y avait des messages à l'intérieur pratiquement tous déchirés ou brûlés, ne laissant que quelques mots "Nourr..." - "Janne" – "Sinon." - "Partir." ce me semble. Des vagues menaces et un nom qui fut identifié comme celui de la jeune fille disparue de celle qui pleurait, donc la blessure fut traitée efficacement par Hawk qui fit appel à la Lumière sacrée. Efficace, définitivement. C'est pendant qu'elle discutait avec Liu de cette situation qu'Hegins vint me voir en signalant du mouvement dans les fourrés plus loin. Maladriel était revenu avec Redmayne, eux avaient enquête sur des traces de pas de Gnoll ayant véritablement apparut de nulles part, mais cela ne nous servit qu'à découvrir la méthode des méfaits utilisés par ceux que nous aurons à arrêté plus tard. Tandis qu'une partie de nos troupes s'orientèrent vers le nord pour discuter avec le jeune garçon que Renolds avait vu au loin. Nos forces étaient divisés en deux, mais dans la situation, ça ne pouvait être que bénéfique pour en savoir plus sur la situation présente. Eux avaient découvert qu'un convoi "spécial" devait passer par ici, dans le secret le plus profond, et eux même en tant que Soldat de l'Alliance n'étaient pas censés être informés de la situation. Si nous avions fait plus attention, outre les règles et les codes, peut-être que des drames ne se seraient pas produit plus tard. Mais les morts que nous laissons derrière nous sont comme des fantômes qui nous hante. Le pire, c'est quand nous n'avons plus de visage à mettre sur ceux qui meurent, qu'ils soient des nôtres ou des pauvres civils prit dans le flot de la bataille. Des bruits de piaillement me sortirent de mes pensées, j'avais envoyer Forwar découvrir avec son griffon ce qui pouvait bien avoir été vu par Hegins à travers les fourrés, mais la majestueuse bête n'était pas aussi discrète qu'elle pouvait être forte. Repérée par ses mouvements et sa taille, les Gnolls cachés réagirent pendant leur repas, et nous aussi, nous avons réagis.

Fonçant dans leur direction avec notre partie des troupes présentes, ils étaient visiblement en train de se profiter d'un bon repas à base de quelques restes de caisses volées qu'ils avaient garder pour eux. Mâchonnant aussi une jambe, ce qui fut constaté tristement qu'il s'agissait de celle du pauvre bougre qui avait disparut avant d'être remplacé par le jeune homme découvert par Renolds. Ils étaient tout deux innocents, et tout deux payeraient de leur vie le simple fait d'avoir voulu un travail simple. C'est avec la colère que j'écris ses notes, et nous avons levés nos lances en massacrant les Gnolls présents. Ils n'eurent pas de vraiment d'espoir de victoire, mais s'usèrent néanmoins à essayer de nous abattre par force du désespoir, pour par conviction qu'elles allaient aussi nous manger. Je ne peux pas vraiment penser à la place de telle bête, cela dit quand on connait vaguement une partie des crimes du célèbre Rivepatte "Lardeur", on peut facilement savoir que de telles bêtes sont prêtes à aller jusqu'au bout pour parvenir à leurs fins. Il n'est cependant pas chose aussi aisée de massacrer des voyageurs que d'abattre une troupe de vétéran de guerre entrainé et bien armé. Rapidement, ils furent conduit à l’abattoir en ne laissant que deux des gnolls en vie : Le plus jeune qui voulait s'enfuir avec la besace dormait dans son coin pendant que Liu observait le contenu de celle ci, et l'autre parvint à s'enfuir ce qui donna un résultat particulièrement surprenant au vue de notre situation. On apprit dans la besace que la dernière affaire de celui qui fini massacré et visiblement dévoré avait été de surveiller le passage d'un chargement au petit matin identique à celui que nous allions découvrir. Et qui avait été laissé passé du côté de Renolds. Malheureusement, en bon soldats, ceux ci avaient menés une embuscades finement jouée grâce à la complicité du jeune homme, tout en découvrant que celui qui s'annonçait être le chef de ce voyage avait visiblement une missive particulièrement officielle. Ils laissèrent la caravane continuer le chemin, tous agacés et nerveux d'être passé à côté d'un indice peut-être essentiel, mais c'est Forwar qui leur trouva une bonne raison de foncer en avant la retrouver : Il avait vu le Gnoll qui s'était échappé rentrer rapidement à l'intérieur de la caravane. Il était temps de passer donc outre les documents administratifs – Nous nous sommes retrouvés après notre bataille, Hargo ayant été bien malmené comme Yerlha, mais pendant que Forwar coupait le passage de la caravane avec son magnifique Griffon, les autres se ruaient déjà en formation pour partir à sa recherche, Nuntas dans les ombres lancerait les hostilités. Quant à moi, j'errais un bref instant avant de les rejoindre auprès de Maladriel. Le cœur fendu de cette erreur. La vieille femme ayant pleuré sa fille, et le jeune homme ayant permit l'embuscade, avaient été assassinés et leurs corps balancés dans le noir profond de la nuit. Il était temps de demander rétribution, et pardon, de ne pas avoir prit suffisamment soin d'eux.

Alors que l'homme de main de tête braillait sur notre marteau-hardis de s'écarter de là, ou d'en subir les conséquences, ce fut Nuntas qui offrit le bal. Nous étions tous en formation derrière, épées et lances en places pour encerclés la caravane, mais ce fut peut-être mieux de ne pas l'avoir fait. Quand le Ren'dorei écarta brusquement le camouflage qu'ils avaient utilisés pour faire "apparaitre" les gnolls là où Alden et Maladriel avaient trouver des traces, les gnolls firent une nouvelle fois une apparition en une vaste vague d'une vingtaine d’entre eux se ruant vers la formation de vétéran en ligne. Cela aurait du nous retenir. Et cela parvint à nous retenir, car pendant que nous étions en pleine lutte, Forwar et sa beauté furent brutalisé par le chef et ses quatre fantassins le repoussant pour s'enfuir. Lui abandonna ses séides, partant au grand galop bien qu'étant poursuivit un instant plus tard par Yerlha qui récupéra son cheval pour fondre dans l'obscurité derrière lui. Si notre chevaucheur faillit y rester, il fut secouru de justesse après avoir du arrêté la vague de Gnoll, ce qui fit apparaitre une technique de guerre d'une efficacité incroyable : Liu souffla le feu en arrivant sur la charge de Gnoll qui se ruaient vers nous, s'interrompant brusquement pour y voir quelque chose et se débattre dans les quelques flammes en recouvrant certains. Et le temps qu'ils se réveillent, toute la première ligne de leur charge tomba sous la pointe des lances et des épées. Ce fut un désastre pour l'ennemi, qui fut prit entre les effets de magies et une avancée ordonnée de fantassin levant leurs boucliers et frappant de leur lance. La progression fut efficace, malgré les blessures que plusieurs subissaient : Frankk fut mit à terre, notre jeune recrue subissant sa première bataille alors que je l'épaulais. Et Renolds semblait vraiment en piteuse état quand il fut balancé au sol par un grand coup du Gnoll. Cependant, la vague n'était pas celle d'une centaine de ses êtres braillards, loin des invasions massives des guerres Gnolls, ce petit groupe de pillard fut maitrisé et proprement massacré. Forwar avait été sauvé par nos troupes de jeu, laissant un des fantassins survivants en vie pour interrogatoire. Le bougre avait vu ses camarades être massacrés sans vergogne, je suis sûre qu'il aurait beaucoup de chose à nous dire. Trainant nos blessés, et notre prisonnier, les troupes de la 4ème Légion seront mobilisés par le Sergent Renolds pour nettoyer ce qu'il s'est passé. Et trouver une tombe pour les pauvres civils ayant perdu la vie.

L'homme de main avait pu s'échapper, Yerlha ayant eu un problème avec son cheval, celui ci à fini par disparaitre dans la nuit avec les informations sur ses intentions et sur son maitre. Il était certains au vue de ses actes et de sa fuite qu'il travaillait certainement pour le Chevalier renégat Odrion Drumn. Notre priorité fut discuter au campement, pour ne pas que plus de civils soient tués pendant cette mission. Il fallait les sortir de là, au plus tôt, avant de mettre enfin la main sur ce traitre."

- Eïffy Aubéclat.


Dernière édition par Lieutenant Aubéclat le Sam 21 Juil - 17:45, édité 1 fois
avatar
Messages : 57
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mission accomplie] Le traitre des Carmines, Odrium Drumn

le Sam 21 Juil - 17:40
Journal d'Eïffy Aubéclat, Officier Ren'dorei des forces de l'Alliance.


Vingt-quatrième entrée – Les Carmines, Royaume de Hurlevent.

"Le plus difficile quand l'ennemi se joue autant des siens que de ses adversaires, c'est que nous ne subissons la douleur du constat qu'une fois les points bien avancés et les torts souvent déjà causés. Il est bien rare l'instant où nous déclarons avoir évité tout les coups bas et ayant mit à la lumière toutes les difficultés sans qu'elles ne parviennent à se jouer de nous. Mais tel est le fardeau de la guerre parfois, il faut aussi bien subir ce que nous avons causés que d'encaisser la douleur des plaies qu'ils nous ont infligés. Notre objectif pour ce deuxième jour de déploiement était clairement la récupération des civils et autres prisonniers en otages. Étrangement, nous aurions du connaitre la position d'un tel lieu au vue de la situation, mais il n'y avait aucun rapport de la 4ème Légion pour en parler, et Renolds n'était pas là pour m'affirmer quoi que ce soit. Une grande tour installée dans un recoin, jadis lieu de surveillance contre les ingérences des Gnolls, puis des Orcs, était devenu une sorte de symbole religieux pour de nombreux citoyens ayant fut leurs quelques bâtisses êtres brûlées par des Gnolls. Surtout des vieux bucherons ou fermiers ayant cru trouver un destin plus favorable dans l'Est des Carmines désormais plus sûre depuis les conflits des derniers années, et des exploits du légendaire Keeshan. Des innombrables tentes furent donc installés autours de la tour, soutenu par les prêtres de la Lumière, mais c'est aussi là-bas que nos prisonniers devaient attendre. Il s'agissait d'agir avec considération et attente pour parvenir à les libérés sans les faire massacrés par les agents du Chevalier parjure Drumn. Ainsi fait, notre plan fut établit après de très nombreuses propositions allant de l'infiltration en tenue civile, jusqu'à la charge massive en braillant et agitant les bras. Finalement notre choix fut de déplacé une troupe dans les environs des camps pour éliminé les patrouilles et toutes difficultés sur les environs, tandis qu'un autre s'infiltrait vers l'intérieur de la tour pour libérer les otages, prêts à les faire sortir avec le soutiens de l'unité extérieur. C'est ainsi que nous nous sommes mit en route, avec les fantassins Redmayne, Lyndell, Hegins, Shyfern, Blanc-bois, Alkest et moi même. Assistez des Rangers Ceinh et du Sergent Sen'dyl. Avec la présence en aide de la Moniale Liu. Quittant le campement sous le regard des quelques fantassins, sans savoir que nous en reviendrons bien las. Moralement pour certains.

Une heure de route plutôt simple, où le seul obstacle fut la découverte pour Sen'dyl d'une amulette brillante un peu, baignée par la lumière. Celle ci appartenait au vieux prêtre que nous aurions à rencontrer plus tard. Malheureusement. Une fois arrivés aux abords des camps, nous avons vu ceux ci en s'étonnant du nombre de personne laissés d'une telle situation. Quelques nains, mais surtout divers humains installés dans leurs tentes comme de pauvre bougre isolés ici. Des prêtres encadrés par des fantassins erraient en parlant aux civils tout en essayant de les rassurés, et au loin la tour massive bien surveillée. Je souhaitais bien du courage à Nuntas, Ceinh, Liu et Sen'dyl pendant qu'ils disparaissaient dans les cachettes possibles. Nous autres de la ligne sommes donc parti vers les environs en commençant à faire le tour tout en nous attendant à tomber sur tout et n'importe quoi. Mais clairement, nous ne nous attendions pas à ce qui allait suivre. Du côté des infiltrés, ceux ci progressèrent en utilisant avec intelligence la partie la moins peuplée du campement contenant les bêtes errantes et les réserves de nourritures, même si elles semblaient bien maigre. Profitant d'être inaperçu en glissant à travers des fourrés, des bottes de pailles, et des caisses, ils n'eurent pour obstacle en premier lieu qu'un homme discutant avec son cochon. L'écartant habilement pour passer, ils durent ensuite mettre en œuvre toute une tactique pour assommer un garde qui regardait une fête dédiée à l'anniversaire d'un jeune garçon. C'était désolant de se dire que sa journée fut pratiquement gâchée, mais puisse t'il avoir de quoi survivre plus facilement après tout ça. Ils glissèrent le bougre dans les fourrés, avant de se voilé dans les ombres qui les firent se déplacés dans un passage ténébreux. Profitant des capacités de Nunthas, ils purent atteindre les portes de la tour, et c'est là que les choses se compliquent. Et elles étaient déjà complexe pour nous ! Le première obstacle sur lequel nous sommes tombés étaient groupe de trois Orcs Rochenoires en pleine fouille. Face à la menace, nous avons agit avec brusquerie et éliminés les errants rapidement. Nous n'avons pas eu le temps de faire de vérification, mais j'espère qu'il s'agissait bien des "Foudreguerre" annoncé par celui que nous rencontrerons plus tard. Alors que nous progressions, cachant les corps massacrés par les lances et les sorts les moins bruyant. Nous avons fini par découvrir ce qui serait une véritable curiosité, un trouble, mais un élément de réponse à la situation.

L'Orc était installé à un poteau, un vieux vétéran Rochenoire enchainé qui attendait que le temps passe. Ayant visiblement peu mangé, et ayant reçu quelques coups récent. Bien que nombreux furent ceux qui suggérèrent de s'en débarrasser, Alkest fut envoyer discuter avec, et le vieux guerre lui répondit dans un Commun apprit sur le champs de bataille. La conversation fit comprendre qu'il venait d'un groupe d'Orc installé dans un coin isolé des carmines, loin dans l'Est, ayant pu discuter avec les Prêtres locaux pour établir qu'aucuns des deux ne chercheraient à s'en prendre à l'autre, tant qu'ils vivent en paix. En Paix, c'est une richesse si rare de nos jours, et celui ci fut mit au fer par Drumn pour avoir voler des pommes, mais il voulait bien plus que le punir. Drumn voulait forcer les Orcs Noire-Fonte à massacré les Prêtres de la Lumière qui empêchaient Drumn d'avoir un total contrôle sur les civils pour en faire de véritables miliciens à son service en le protégeant de la Justice qui l'attendait. Une troupe de fantassin fit son apparition pour essayer de lui faire poursuivre le chantage en bousculant celui ci. La menace était claire – Si il n'agissait pas comme il l'entendait, épaulé par un faux-Prêtre, ils avaient bien décidé de massacrer la totalité de la dizaine d'Orc isolé dans leurs coins avec les troupes de Drumn. Embusqués derrière une souche d'arbre avec nos troupes, nous réfléchissions à la situation en avisant finalement que le Rochenoire pouvant ne pas spécifiquement mal finir avec le consensus déjà établit avec les Prêtres. Il était temps de réagir avant que celui ci ne choisisse, et nous avons déferlés sur les traitres à la solde de Drumn. Lances et épées firent leur ravage une nouvelle fois, et ce malgré quelques retours de coups sur nos camarades entaillés par les frappes. Nos adversaires surpris ne firent pas le poids devant une troupe de vétéran qui s'écrasèrent contre eux. Le prêtre fut captif, dévoilant ce qu'il savait sur la présence de l'émissaire et le nombre des surveillants. Le Caporal Lyndell prit le choix de défaire les liens de Ondrak Noire-Fonte, une sorte d'amitié venait d'en naitre. Car celui ci accepta l'offre de la Caporal de suivre notre troupe le temps d'en finir, si il y avait vraiment eu un consensus avec les Prêtres de la Lumière, cela pouvait aidé. Encore plus maintenant que nous entendions les clameurs venant du camp des civils, alors que nos troupes infiltrés durent se dévoilés.

Il était impossible de passé, deux gardes sur les côtés de la porte, et une patrouille arrivait. Il fallait choisir rapidement une solution, et celle ci fut de foncer à travers la porte en espérant que le voile d'invisibilité serait suffisant. Il aurait fallut un miracle, et il n'intervint pas, car ils furent remarqués par les deux Gardes qui eurent pour réaction de fondre dessus en alertant les autres. Les deux furent neutralisés rapidement pendant que Nunthas ferma brusquement la porte. Sans y avoir été, je ne pouvais ressentir l'urgence de la situation, et la peur de cela devait être. Ce n'est que le résultat des rapports et des discussions, mais c'est là qu'une terrible erreur fut. Le vieux Prêtre était descendu en demandant ce qu'il pouvait bien se passé ici, et nos pairs avouèrent leur volonté de libéré les prisonniers, ce dont il était parfaitement d'accord bien qu'inquiet. Liu et Nunthas retenaient encore la porte, pendant que le Vieux prêtre devait amener une tube fusée pour nous appeler. Il fut envoyé à l'étage pour ce faire, mais il fut envoyé seul. Quand Liu monta rapidement pour découvrir la raison du cri, les deux fantassins à l'étage l'avait exécuté, alors qu'ils commençaient à abattre les prisonniers les un après les autres. Une femme fut tuée, avant l'intervention de Liu qui sauva au moins tout les autres pendant que Nunthas supportait un assaut d'une violence inouïe. La porte éclata, et les Rangers se replièrent dans les escaliers. Sen'dyl du en bloquer un, pendant que Nunthas subissait l'assaut des autres, blessé plutôt faut en se faisant, mais agissant de son mieux pendant que Liu fut elle même débordée par ses assaillants. Ils étaient nombreux, entassés autours de la grande porte en préparant un assaut massif sans prendre trop de risque, bousculant les citoyens et les prêtres trop inquiets ou envieux d'apaisé les tensions. En vain. C'est dans cette situation catastrophique que nous sommes arrivés brusquement au pied de la tour. Fusant par les lances et les épées, nous taillant un chemin pour rejoindre les nôtres en péril. Mais il fallait faire tout aussi urgent : Rassurer la population en la persuadant qu'elle n'était pas sur le point d'être décimée.

Dans l'instant, ce n'était pas une mince affaire. Frappant et nous taillant un chemin par les armes, nous avons pu rejoindre la première salle en brisant leur formation qui étaient déjà retenue par nos troupes infiltrés à l'intérieur. A l'extérieur, ce fut une grande réussite, Sacha, le Noire-Fonte et Forwar qui malgré sa haine et son envie de vengeance, reconnu l'honneur du guerrier pour ce qu'il était, parvinrent à sauvé les prêtres de la Lumière et à créer un sentiment de changement. Les révélations furent faites au sujet des Gnolls engagés par Drumn pour récupérer de la nourriture pour lui, seulement lui, et brûlés les maisons en acheminant le plus de rescapés ici que personne. Ou plutôt, le plus de chaire à canon possible. Dehors, c'était donc le vent de révolte contre le Chevalier parjure ayant voulu faire croire bien des choses, mais subissant le contre coup de ses mensonges. Pendant qu'à l'intérieur, un nouveau drame avait eu lieu – Je m'occupais de me battre contre trois fantassins, ce qui n'était déjà pas une mince affaire malgré ma réussite, mais Frankk gisait contre un mur, et Hegins au sol, sur le point d'être achevée après avoir massacrer un des combattants. Une réalisation fut lourde de sens : Tout les fantassins n'étaient pas informés de la situation, par un subtil jeu de manipulation, ils se pensaient encore au service de surveillance des rescapés des Gnolls pour le compte de la 4ème Légion. Et Hegins avait tué un d'entre eux quand ils furent désorientés en commençant à réalisé la situation. En échange, elle fut sérieusement blessée et presque tuée, mais le Fantassin fut apaisé par Liu qui revenait avec tout les rescapés, et le corps du vieux prêtre mort porté par un des anciens prisonniers. C'est là que le combat s'acheva, sanglant et difficile pour dire, la plus part ayant reçu des blessures gênantes. Que ce soit les fantassins ayant arrêté le combat, choqué par cette mort, ou les civils voyant le résultat, nulles ne furent laissés de marbre face à cette réalisation : Drumn s'était joué d'eux, et celui qui avait veillé sur l'ensemble en avait payé de sa vie. L'amertume de son décès fut mêlé à l'acceptation des risques. Sortant redécouvrir la nuit étoilée, trainant avec nous nos blessés, aussi abimés mentalement que physiquement. Pour voir une foule plus d'espoir, de rêve et de volonté de survie.

La levée des armes de fortunes et les cri d'encouragement furent nombreux. Il était temps de croire que la fin de Drumn serait bien plus aisée que crainte – Les citoyens n'étaient pas stupide, les Prêtres de la Lumière avaient déjà fait en sorte de laisser cette ouverture tant attendue. L'Espoir était de retour pour ses gens, et nous sommes rentrés au cantonnement en nous préparant à assaillir la vieille ruine occupée par le traitre. Ce n'était pas la mission la plus facile pour le moral. Mais elle ne pouvait que renforcer le mental de nos camarades. Et leur conviction envers l'Alliance."

- Eïffy Aubéclat.
avatar
Messages : 57
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mission accomplie] Le traitre des Carmines, Odrium Drumn

le Sam 21 Juil - 17:41
Journal d'Eïffy Aubéclat, Officier Ren'dorei des forces de l'Alliance.


Vingt-cinquième entrée – Les Carmines, Royaume de Hurlevent.

"Des batailles souvent ironiques nous sont imposés dans le sens des lieux où nous combattons. Le campement devait jadis être le bastion de guerre fait pour surveiller l'Est des Carmines après Guet-de-pierre. Une sorte de lieu de sécurité, pas bien grand, mais digne de la fierté de l'Alliance. Maintenant, cela incarnait le pire de ce que pouvait devenir une personne égoïste et centrée sur son propre avenir. Et il en subirait les conséquences. Notre rôle était donc de prendre d'assaut le lieu ironiquement nommé "Espoir de Jasmine" qui servait de lieu de recueil d'une ancienne guérisseuse ayant espérer que cet endroit servirait plus à la guérison aussi physique que mental qu'à la guerre. Les Orcs ne furent pas d'accord avec ça, et n'en laissèrent que des ruines dévastées. Et c'est là-bas que Odriom Drumn devait trouver ses dernières ressources où il fortifiait un domaine prompt à résister à notre invasion soutenue par les forces de la 4ème Légion, les troupes installés auprès des citoyens libérés hier auprès de la tour des Prêtres de la Lumière. Un assaut organisé méticuleusement après avoir balancer des parchemins accusant Odrium par une catapulte au milieu de leurs fortifications afin d'informer tout soldats de la 4ème qui n'aurait pas été informé pour ne pas répété d'erreur comme dans la tour. Ce qui hantait encore Hegins et Shyfern parfois, et ce qui était compréhensible, mais il était temps pour eux de s'exorciser les démons qui les hantaient maintenant. Notre stratégie était parfaitement simple même si celle ci ne prenait pas en compte toutes les possibilités qu'un ennemi pouvait nous prévoir comme plan vicieux, il s'agissait de faire une avancer avec les forces armée, les fantassins de l'unité Fordragon servant de force d'intervention pour arrêté toutes tentatives adversaires de jouer la carte des complots malsains et des massacres civils. L'équipe d'intervention du Sergent Dal'thenar devrait quant à lui trouver un moyen de mené une infiltration à l'intérieur des ruines pour mettre en sécurité les citoyens, et si possible attraper Drumn où il se trouve. Ainsi, je me retrouvais à partir de front avec Liu, et les fantassins Hargo, Hegins et Shyfern, tandis que l'équipe d'infiltration était constitué du Sergent Sen'dyl, Yerlha et Forwar. Notre troupe quitta donc le campement habituel pour se mettre en route vers l'Est où nous attendrait la fin de cette histoire de cruauté et de mensonge. Il était temps d'en finir, et ce fut le début d'une longue route.

Après la marche, nous avons pu voir déjà au loin l'étendue d'une ruine faite pour inspirer la peur. Des poteaux furent dressés, très récents, devant daté de une ou deux heures seulement, où furent plantés des forces de Fantassins révoltés ou de citoyens fraichement massacrés. C'était une scène d'horreur, qui fit disparaitre de nos esprits les images des citoyens nous saluant, et de la prêtresse bénissant Yerlha en appuyant de ses vœux qu'elle s'en sorte pendant le combat. Nous avions vu des hommes et des femmes dans la boue et la crasse, mais toujours rayonnant d'espoir que tout aille mieux. Maintenant, nous étions confrontés à l'opposé. Ce que Drumn voulait imposé en désespoir, nous lui rendrons. Fournissant mon cor de guerre à Shyfern, celui ci souffla de toute ses forces pour faire signaler notre présence en force à l'ennemi. Les infiltrés déjà préparé à se glisser à travers les failles du bastion, observèrent comme nous avec attention les lanciers progressant vers nous en bonne ordre. Des personnes en tenue boueuse, crasseuses, des symboles sur le cuir de leurs uniformes représentants des lions de l'Alliance à l'envers, tous portant des fourches, des perles, des vieilles lances et même parfois un balais. Tous eurent à supporter les méthodes tragiques de Drumn d'envoyer des civils vaguement armés aiguillés par des fantassins leurs hurlant dessus. Ils progressaient vers nous, mais Liu provoqua une hésitation avec un discours passionné. Pour une Pandarène ne faisant par partie de l'armée, elle avait pourtant faire usage d'une verve à faire la fierté d'un Paladin. Ils hésitèrent un instant en se demandant si ils ne pouvaient pas nous foncer dedans en lâchant leurs armes pour être protéger de la folie du Chevalier, mais plusieurs furent frappés... et la ligne d'archer derrière plus loin levèrent leurs armes. Ce fut nos camarades sur nos arrières qui libèrent totalement la situation. Forwar fut un héros pour le peuple, car il noya les archers dans la brume pendant que les troupes des arrières se préparaient à fondre sur les archers. Quant à nous, nous avons foncés en avant pour maitrisé les citoyens trop paniqués pour se rendre, tout en abattant les contre-maitres. Liu mit à terre les plus inquiets dans un vent de Chi accompagnant ses gestes pendant que les fantassins réguliers s'occupaient avec merveille ceux qui ne pouvaient pas être apaisés plus doucement. Même celui qui agitait son balais dans tout les sens avant de se faire rentrer dedans par un fantassin quand tout le monde l'observait. Les contre-maitres furent massacrés, sauf un laissé au milieu de tout les citoyens en colère. Si il n'était pas tué pour tout le mal provoqué, ce serait un miracle, tout comme ce le fut d'avoir pu sauver toutes ses vies sans avoir à en tuer. Mais nos alliés étaient encore en péril.

La brume était retombée, et Forwar était à terre, malmené par un officier adversaire. Il avait désiré affronter une mage Quel'dorei qui s'employait à faire usage de sa magie pour abattre les deux Rangers attaquant les archers. Quand la brume retomba, ils avaient déjà massacrés six d’entre eux, mais devant le nombreux ils veulent assaillit par la masse, laissant Yerlha se fait écrasée au sol par le nombre rugissant dessus. Mais ceux qui se pensaient en surnombre, furent littéralement dépassés par la vague des combattants levant épées et lances pour briser ceux ci. Ils n'eurent aucunes chances, malgré les quelques blessures sur nos pairs, et après avoir passer le gros des difficultés causés par les citoyens mit en péril, il s'agissait de se déchainé sur les combattants clairement loyaliste. L'Officier frappait nos camarades venu secourir Forwar qui avait été gravement atteint par la puissance de la Quel'dorei que je m'occupais de faire taire d'un grand coup de lance. C'était une situation clairement ironique, et détestable pour moi. En tant qu'Ancienne Sin'dorei, cela devait être du passé, mais la voilà empalée au bout d'une lame pour ses trahisons, quel situation décevante. L'Officier gisait au sol, n'ayant pas put survivre aux efforts des factionnaires progressaient en avant en enjambant un Hargo malmené par son marteau, tandis que la barricade protégeant un accès sur les côtés éclatait brutalement. Les explosifs de Yerlhan permirent une détonation brutale et violente qui soulevèrent le passage qui empêchait l'accès à l'étrange fumée s'élevant non loin de la ruine principale de Drumn. Ceux ci furent balayés par la force de Liu et Yerlha, ainsi que les occupants, écrasés par terre par la force des impacts des explosifs et du Chi, seul Sen'dyl restant derrière pour leur demander l'arrêt des hostilités, ce qui n'arriva pas. Il fut écrasé au sol, pendant que les autres s'occupaient de mettre aux arrêts les rares s'étendant rendu plus loin. Je fusais avec Shyfern pour le protéger dans l'éclat des armes se confrontant, n'en laissant lentement qu'un en vie malgré quelques blessures pour Sen'dyl, et des difficultés pour Hegins dont on voyait clairement la douleur sur le visage. Forwar se préparait à l'ouverture des portes, il était temps de s'en prendre à Drumn.

Liu, Yerlha et Sen'dyl découvrirent ce qui était caché derrière les barricades, un bûché installé par des fantassins discutant entres eux, se préparant à mettre le feu à un vieux Chaman Orc enchainé dans un coin, une prêtresse de la Lumière inconsciente plus loin. La situation était complexe : Des soldats loyaux envers Hurlevent pensaient que brûler le vieux Chaman briserait la protection de Drumn due à un maléfice, mais ils étaient mue par des mensonges finement joués pour protéger bien des problèmes encore. Le Chaman expliqua à Liu comprenant sa langue que le véritable maux était lié à la Prêtresse qui servait de catalyseur pour l'enchanteur lié par le sorcier personnel de Drumn. Il s'offrit à libérer la prêtresse en accueillant mortellement le sortilège pour le briser, contre la protection des Noire-fontes locaux, et cela fut déplaisant pour tous de laisser celui ci périr en se sacrifiant pour une honorable cause. Cependant, ce n'était pas des simples arcanes, la Prêtresse avait été affectée par le Vide, et Sen'dyl en vola l'énergie subitement pour nourrir son épée. Les deux furent sauvés, Drumn devait être sensible maintenant à un assaut, ce qui tombait bien car la porte s'écroula quand Forwar convoqua l'orage. Le marteau-tempête avait peu d'adversaire véritable pour lui résister, et le choc envoyant valser les portes avec les deux fantassins derrière. Piétinants celles ci ainsi que les bougres qui pensaient arrêté le choc, nous avons progresser le long des couloirs en subissant les embuscades des troupes finales du traitre qui nous mirent en difficulté. Frankk joua des armes en massacrant tout un groupe adversaire devant la panique de la situation. Il fut bien forcé d'agir avec autant d'intensité, ce fut flatteur car le massacre intervint dès que je fus étalée au sol par un tir logé dans mon épaule gauche. Formidable, une blessure sérieuse au bout de notre périple. Face à l'urgence il n'y avait pas le choix, je pris la potion la plus grave de notre besace de combat – La potion d'insensibilité. Il me fallait accompagner les troupes, et les conséquences subies plus tard seront ce qu'elles sont.

Le Chevalier Drumn était installé sur son faux trône misérable en compagnie de son sorcier, un Ren'dorei ayant des tiques nerveux, surement un jeune étudiant de Telogrus ayant finalement pas supporter sa charge, manipulé par celui qui s'en servit comme un larbin. Le cavalier ayant échappé à Yerlha était là, ainsi que deux Gardes élites se préparant à se battre. Drumn fit un discours pour nous rallié à sa cause, mais Sen'dyl et Forwar l'envoyèrent si fort s'écraser contre son trône qu'il fallut le stabiliser pour qu'il survive. Il pensait que sa protection allait le sauver, mais finalement, rien n'intervint. L'un des gardes explosa par le jet d'Hegins de la dynamite récupérer par un des fantassins du cavalier deux jours plus tôt, et l'autre fini par se rendre quand tout ses camarades furent vaincu. Le Cavalier avait été enfoncé dans le mur par le marteau-tonnerre, et le Ren'dorei rendu fou fut transpercé par la lame sancteforgée de Yerlha, puisant dans la bénédiction reçue par la Prêtresse plus tôt pour renforcer son coup. La Lumière le purgea littéralement, et il fut écrasé par cette énergie submergeant ce qui l'incarnait. La conséquence en fut funeste, et l'affrontement final bien que difficile, fut un triomphe. Sortant de la ruine, avec les prisonniers dont un Drumn défiguré, tous levant leurs lames et leurs casques pour accueillir se triomphe. Des pauvres camarades furent tués à causes des tromperies, des civils en nombres souffrirent de cette situation, mais c'était bel et bien fini. Nous avons pu mener le prisonnier dans les heures suivantes à Comté du Lac après avoir récupérer nos affaires pour que Justice soit rendue.

Et justice fut rendue, pendu haut et court devant la populace inquiète et désireuse d'en savoir plus sur ce parjure et sur la suite de ce qui leur arriverait. De nombreux avaient perdu leurs masures, leurs amis parfois, et leurs biens. Des nombreux avenirs furent altérés, mais c'était fini maintenant, après trois jours intensifs de missions enchainés difficiles, nous poussions nos montures à se tourner en direction le passage d'Elwynn. Il était grand temps de rentrer nous reposer après ses lourdes épreuves, en se demandant quel serait la suite. Peut-être une mission courte et simple ?"

- Eïffy Aubéclat.
Contenu sponsorisé

Re: [Mission accomplie] Le traitre des Carmines, Odrium Drumn

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum